A-t-on le droit de se perdre ?

Cher ami lecteur, l’article qui va suivre ne sert en aucun cas de thérapie. Si vous pensez pouvoir trouver la réponse ultime à votre petite déprime passagère, sachez que vous trouverez ici le réconfort équivalent à un pot de crème glacée acheté en grande surface. Cela dit, vous pouvez lire l’article tout en mangeant de la crème glacée…

Il arrive parfois qu’à un certain stade de nos vies, on se sente un peu perdu professionnellement parlant, ou même encore d’un point de vu personnel, et que l’on n’arrive pas vraiment à poser des mots sur nos maux. L’angoisse étant devenu une véritable malédiction pour notre génération (dans cette génération j’inclus les personnes ayant connu MSN, l’internet ADSL, et les communications téléphoniques avec ses meilleurs amis à travers un téléphone fixe), il est parfois difficile de se poser les bonnes questions, et de savoir ce que l’on veut vraiment pour son avenir, ou encore plus important: ce que l’on ne veut pas. 

Il y a la pression venant des parents qui ont dépensés une fortune afin que tu puisses aller te déhancher sur du Michael Jackson à 4h du matin au lieu de réviser tes cours de finance, la pression de la société qui te pousse à avoir un job qui ne te représente pas vraiment mais qui te permet de collectionner des cartes pokemons hyper rares (quoi je suis la seule à faire ça ??), et au milieu de tout ça il y a tes rêves, tes envies, tes idées propres à toi, que tu laisses de côté parce que tu n’as pas fini ton dernier épisode de ta série préférée sur Netflix et que tu penseras à tout ça « plus tard »… Meaning jamais.

Mais que tu sois aux études, stagiaire depuis 1 semaine, à ton tout premier job, PDG de Danone, ou encore astronaute, tu en arriveras toujours, je dis bien toujours, au moment fatidique où tu te demanderas: est-ce que j’ai fais les bons choix ? Est-ce que je suis heureux(se) dans ma vie ? Est-ce que j’ai bien sorti les poubelles hier soir ? (oui bon celle-la on se la pose parfois même plusieurs fois par jour…)

On m’a dit une fois une phrase que je trouve assez vraie:

« On prend tellement le fait de respirer pour acquis que souvent on en oublie d’ouvrir la bouche pour respirer un grand coup. » 

Et ce principe s’applique aussi bien à notre nécessité d’être heureux dans la vie de tous les jours comme au travail. Je m’explique: on se lance souvent dans des études ou dans une carrière et on est tellement concentré sur le fait de garder notre petite routine inctact qu’on ne réalise pas forcément que ce que l’on fait ne nous rend plus forcément heureux. Et ça mon ami, c’est bien pire que de devoir finir tes choux de bruxelles quand tu vas manger chez mamie. Ta réussite et ton bonheur ne dépend que de toi cher ami lecteur, il faut juste apprendre à sortir de sa zone de confort quand le moment est venu. 

Alors voici un petit guide de survie qui t’aidera à cerner un peu plus la situation, et à aller de l’avant.

  1. Prends un moment pour analyser ta vie en ce moment. Dessines un tableau au besoin avec trois catégories: les choses dont tu n’es plus sûr ou que tu n’apprécies plus, les choses tu aimerais changer, et enfin les choses que tu aimerais explorer. Ces trois catégories s’appliquent aussi bien dans ta vie personnelle que professionnelle. N’oublies pas que si tu t’es perdu en chemin c’est un mal pour un bien, qui va te permettre de te retrouver dans certaines choses, mais aussi te donner l’occasion d’en connaitre des nouvelles.
  2. Une fois l’analyse terminée, il faut passer à l’action. Essayes de délaisser les mauvaises habitudes de ton ancienne routine qui t’ont menés la et lances-toi dans quelque chose de nouveau, sans pour autant changer du tout au tout. Tu peux simplement reprendre une activité ou un rêve que tu as délaissé au fond d’un tiroir. Par exemple: j’ai récemment délaissé les réseaux sociaux pour reprendre à lire, écrire, et dessiner. Tu peux aussi ajouter des nouvelles habitudes à ton quotidienqui feront toute la différence. Par exemple: si tu es quelqu’un de pessimiste, forces-toi à avoir au moins une pensée positive par jour. Si tu n’aimes plus ce que tu fais dans ton travail, ou si tu ressens un besoin d’évoluer, intéresses-toi à ce que font tes collègues et tentes d’explorer de nouveaux domaines. Il ne s’agit pas ici de tout jeter pour recommencer de zéro, mais plutôt d’évoluer en gardant ce qu’on a déjà. 
  3. Le plus dur reste de respecter ces nouvelles résolutions. Une fois que l’on a pris conscience de tout ça, et que l’on a pris la décision d’aller de l’avant, il reste cet énorme travail à faire sur sa volonté. C’est toujours plus facile de retrouver ses vieilles petites habitudes, mais ce n’est pas un schéma qui fonctionne sur le long terme. Et des rappels quotidiens peuvent s’avérer utiles pour cette nouvelle grande aventure de la recherche de soi !

Alors, moralité de l’histoire: respires un grand coup, poses toi les bonnes questions, et lances-toi !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s